Syrian Assistance est une association humanitaire qui tente d'informer sur la situation Syrienne et d'apporter aides médicales et autres au peuple Syrien.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir

Aller en bas 
AuteurMessage
insan



Messages : 158
Date d'inscription : 26/05/2013

Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir Empty
MessageSujet: Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir   Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir EmptySam 15 Juin - 11:22

RSS

Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir

http://www.lepoint.fr/monde/au-liban-les-rescapes-syriens-hantes-par-le-souvenir-douloureux-de-qousseir-15-06-2013-1681218_24.php
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir Afp - Publié le 15/06/2013 à 12:20

[url=http://www.lepoint.fr/auth/archivageArticle.php?id_sans_version=1681218&titre=Au Liban%2C les rescap%C3%A9s syriens hant%C3%A9s par le souvenir douloureux de qousseir&chapeau=&date=2013-06-15 12:20:00&image=/images/2013/06/15/1592701-463576-jpg_1475370_113x76.jpg]Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-favori[/url]
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-imprimer
[url=http://www.lepoint.fr/send-friend/form.php?titre=Au Liban%2C les rescap%C3%A9s syriens hant%C3%A9s par le souvenir douloureux de qousseir&surtitre=&texte=%09Ils ont vu leurs compatriotes syriens %C3%AAtre enterr%C3%A9s %C3%A0 la...&url=%2Fmonde%2Fau-liban-les-rescapes-syriens-hantes-par-le-souvenir-douloureux-de-qousseir-15-06-2013-1681218_24.php]Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-envoyer[/url]
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-reduire
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-agrandir
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-facebook
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir Fleche-facebook
13
[color][font][color][font]
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-twitter
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-google
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-linkedin
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir B-viadeo
[/font][/color]




À la une du Point.fr
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir Nic-hassan-rohani-iran-election-presidentielle-1593169-jpg_1475783_81x54
Iran : Hassan Rohani ou la victoire du mollah modéré
[/font][/color]
[color][font]

À ne pas manquer
[/font][/color]
[color][font]
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir 1592701-463576-jpg_1475370_434x276
Ils ont vu leurs compatriotes syriens être enterrés à la hâte sur le chemin entre Qousseir et le Liban: encore traumatisés par la fuite en catastrophe de cet ex-bastion rebelle, Jamilé, son mari malade et ses trois enfants vivent aujourd'hui sans toit ni nourriture.

A Aarsal, localité frontalière de la Syrie dans l'est du Liban qui a accueilli les rescapés de la ville tombée le 5 juin aux mains du régime et du Hezbollah, environ 300 hommes et femmes attendent leur tour pour une ration alimentaire et des familles entières dorment à même le sol.

Dans la cour de la mairie, une grande tristesse se lit sur le visage de Jamilé, 45 ans, portant un voile noir.

"Nous sommes sortis groupe après groupe quelques heures avant la chute de la ville, on courait presque, c'était chacun pour soi", se souvient-elle.

"Des dizaines sont morts de soif, de leurs blessures, ou tout seulement d'épuisement", raconte-t-elle, la gorge nouée, assise près de son mari âgé allongé sur un matelas.

"Les hommes creusaient des tombes à la hâte pour y enterrer les morts. C'était horrible", dit-elle.

Sur la route, les rescapés avaient tellement soif qu'ils recueillaient la sève des brindilles et des gouttes d'eau de tuyaux d'arrosage. Guidés par les rebelles, ils se nourrissaient de fruits ou encore de pommes de terre ramassées dans des champs et mangées crues.

Pas d'endroit pour se laver

Aarsal, localité à majorité sunnite, est à fond avec la révolte syrienne contre le pouvoir qui est entre les mains des alaouites, une branche du chiisme. Cette agglomération de 40.000 habitants accueille désormais quasiment le même nombre de réfugiés (35.000). Trois mille sont arrivés en 10 jours de Qousseir, située à une quarantaine de km de là.

Près de 300 blessés ont été hospitalisés au Liban.

Des familles se sont "installées" dans la cour de la mairie, certaines suspendant des couvertures à des arbres pour avoir un peu d'intimité et d'ombre.

"Nous n'avons ni argent, ni nourriture", affirme Jamilé.

Des organisations de l'ONU, des ONG qataries, danoises et norvégiennes offrent de l'aide, mais elle reste "insuffisante" selon Wafiq Khalaf, membre du conseil municipal qui réclame des "tentes".

Certains habitants ont offert des immeubles en cours de construction et des chambres vides aux réfugiés.

L'équipe de l'AFP a vu 17 personnes installées dans une cage d'escalier. Dans l'immeuble d'à côté, Mohammad, 30 ans, vit dans un garage avec ses trois enfants dont l'aîné a cinq ans. "Leur mère a été tuée en route par une roquette", lâche-t-il.

Cet opposant, ancien cadre du parti Baas au pouvoir, crie toute son amertume: "on a chanté 'Vive Bachar al-Assad' pendant des années et voilà comment ils nous récompensent".

Un jeune homme bond au visage enfantin apparait dans la cour de la mairie. Agé de 18 ans, il est couvert de bandages à la suite de blessures "au combat". Il a fui à pied mais assure vouloir retourner en Syrie "pour pouvoir faire tomber le régime".

Pour d'autres réfugiés, ce sont les soucis du quotidien qui priment.

"Il n'y a pas d'endroit pour se laver... cela fait sept jours que nous sommes sans abri", soupire Rima.

Elle s'est enfuie avec son mari et ses quatre enfants, dont un bébé de 10 mois, à bord d'une voiture. Ils ont été refoulés à la frontière jordanienne, avant d'arriver au Liban via la province de Damas.

La région d'Aarsal partage une frontière de 55 km truffée de points de passage illégaux avec la province de Damas.

L'aviation syrienne a bombardé à plusieurs reprises la zone, arguant vouloir "pourchasser des terroristes", le mot utilisé par le pouvoir à Damas pour désigner les rebelles.

Aarsal est une région sunnite dans une région à majorité chiite et partisane du Hezbollah, allié indéfectible de M. Assad.

Une trentaine de nouveaux réfugiés arrivent à bord d'un petit camion. Tous ont l'air hagard.

"Que Dieu les fasse souffrir comme ils nous font souffrir!" s'écrie une femme à l'adresse des journalistes. "Où sont les amis de la Syrie? Pourquoi l'ONU ne nous a pas aidés à Qousseir?".





[/font][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au Liban, les rescapés syriens hantés par le souvenir douloureux de Qousseir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fabuleuse boutique hantée De Fantôma ~
» achever un souvenir. (auguste)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Syrian Assistance :: Public :: Publication-
Sauter vers: